Aphorismes et paraboles de Tchouang Tseu

tchouang-tseu

EXTRAIT

« Se contenter de considérer les faits, être circonspect, éviter toute expression superflue de sentiment, et le risque rencontré dans une négociation demeurera faible. Car en tout rapport humain l’antagonisme se cache sous la cordialité apparente et peut croître, de même qu’en une fête les buveurs, calmes au début, s’excitent de plus en plus.

Il en est ainsi de toutes les affaires humaines.
La parole est comme le vent à la vague.
L’action menée peut être détournée de son but.
Par le vent, les vagues s’élèvent.

La colère accroît la divergence et s’ensuivent les paroles inutiles et faux arguments qui attisent des passions qui, sans qu’on s’en aperçoive, font oublier le but.
Il ne faut pas vouloir forcer le résultat.
Tout excès dépasse la juste mesure. »

Tchouang Tseu, philosophe Taoïste du IVème siècle avant J.C.

N.B. 1 :  Un aphorisme est une phrase, sentence, qui résume en quelques mots une vérité fondamentale. (Larousse)

N.B. 2 : La parabole est une figure de rhétorique consistant en une courte histoire qui utilise les événements quotidiens pour illustrer un enseignement, une morale ou une doctrine. (Wikipédia)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s